California Dream

Du 24 mars au 14 avril 2012

YosemiteJ1-175

Les USA. Pour nous, une grande attente dans ce long voyage. Un bref aperçu des Grands Parcs du sud-ouest en 2009 nous avait vraiment donné envie d’y revenir en camping-car en prenant notre temps. C’est donc avec une certaine excitation que nous franchissons la frontière et partons à l’assaut de ces terres sauvages américaines. La Californie tout d’abord …

Notre entrée aux USA se déroule sans encombre. C’est donc munis du sésame qui nous permet de passer 3 mois aux USA que nous franchissons la frontière.

Première chose à faire : s’adapter aux nouveaux codes du pays. Le contraste est saisissant (le Mexique n’est pourtant pas très loin) : allées propres, centres commerciaux à profusion, belles voitures, civisme sur la route, panneaux qui indiquent  clairement les directions et les distances … mais il faut aussi se faire aux nouvelles unités de mesure : ici, pas de mètre mais des feet, pas de km mais des miles !

Nous trouvons qu’à chaque arrivée dans un nouveau pays, ce qui est souvent le plus déconcertant, c’est d’aller faire les courses pour se faire à manger. Au-delà de la langue qui cette fois-ci est différente, il nous faut nous familiariser avec les différentes sortes de bacon, de crème cheese, de cheddar, de chips (humm … tout un programme !), de contenance (ici, c’est un peu comme les courses à Bernon, c’est par palette !) et aux prix (ah, ce dieu dollar !).

Titouan ne perd pas une miette et ouvre grand les yeux devant les belles voitures américaines « ouah ! une mustang ! oh, une décapotable !».

Voitures1

Nous passons notre première nuit sur le parking d’un supermarché WalMart. Le stationnement de nuit dans les rues est interdit en Californie et généralement aux USA ; les seuls parkings qui ne peuvent refuser les camping-cars sont les supermarchés ouverts 24H/24 car nous sommes susceptibles d’être des clients. Finalement, on n’y dort pas si mal … Si on nous avait dit, il y a un an, qu’on ne trouverait pas si pathétique de dormir sur des parkings de supermarchés … ;-).

Dans un pays où le camping-car est le troisième véhicule de quasiment tout un chacun, nous ne passons pas inaperçus avec notre Caracol aux dimensions européennes et bon nombre d’américains font souvent le tour de notre Caracol les yeux éberlués.

Nous retrouvons nos amis Les Pailles dans notre premier Parc National : Joshua Tree.

Pano48-JoshuaTree3

Olivier et Fabienne nous familiarisent avec le fonctionnement des parcs, la Dump Station (… et on retiendra que TOUT est dans les gants MAPA dans cette histoire ! ;-) et Avril et Benoît aident Estéban et Titouan à compléter leurs cahiers de Junior Ranger (chaque Parc National distribue aux enfants des petits exercices à faire visant à les sensibiliser à la nature). A la clé, une belle médaille. Le symbole du parc est l’arbre de Josué (un yucca).

P1170756

Pano46-JoshuaTree1

Tout nous plait dans ce parc : nous y sommes avec nos amis, les balades sont bien sympathiques, les parcours sont aménagés à l’Américaine : ici, pas besoin de réfléchir, on a tout pensé pour vous. Ca va peut-être vite nous gonfler à la longue, mais pour l’instant « Que c’est confortable ! ». Les emplacements des campings ont tous une table de pique nique, des barbecues. Les américains sont disciplinés, très courtois. Le parc est aménagé pour la grimpe. Nico trépigne de ne pas avoir ses chaussons.

JoshuaTreeNP

JoshuaTreeNP1

A Bakersfield nous faisons chauffer la carte bleue. Résolution n°1 : éviter les grandes villes et leurs gigantesques centres commerciaux trop tentant pour notre budget. Nous sommes à quelques miles de San Francisco. Pourtant, nous n’irons pas voir ni son fameux Golden Gate, ni sa maison bleue. Notre envie de nature est plus forte. Nous n’irons donc pas sur la côte ouest.

Alors direction Séquoia et Kings Canyon NP. Les routes sont tellement confortables que c’en est déroutant au premier sens du terme. Du coup, nous coupons notre trajet par une route bucolique.

P1170844

On arrive sous la brume. C’en est mystique.

P1170849

Les garçons sont fous de joie. Il y a bien 50 cm de neige dans le parc. Nous sommes prévenus, le parc est un refuge à ours.

P1170854

Si on suit scrupuleusement les consignes, il faudrait qu’on mette l’intégralité de Caracol dans les boîtes à ours (des espèce de caisses inviolables placées à l’extérieur) pour ne pas les appâter. La première nuit, disciplinés (et puis parce que quand c’est la loi aux USA, faut pas rigoler !) c’est ce que nous ferons. Mais au réveil, le Nutella est donc … gelé ! Et ça, c’est tout simplement pas possible !! Alors, tant pis pour les lois américaines, en bon français, on contourne la loi ;-).

Le lendemain, le temps est magnifique. Il fait grand bleu. Comme son nom l’indique le parc abrite les séquoias, ces arbres géants.

KingsCanyon-039

Cependant la plupart du parc nous est fermée : soit parce que les routes sont impraticables à cause de la neige, soit parce que la route nous est inaccessible avec Caracol. Au visitor center, ils nous conseillent tout de même de belles balades. Le General GranTree, un énorme séquoia de 13 m de circonférence et 80 m de haut, nous impressionne par sa taille.

Pano53-KingsCanyon

Son écorce est douce, légère et moelleuse comme du polystyrène. Les enfants jouent à passer dans un séquoia, déjà à terre à l’époque des pionniers. Le parc nous offre de belles vues, notamment celle-ci sur le King Canyon.

Pano55-KingsCanyon

Nous faisons également une superbe balade autour du Hume Lake. Les sommets sont enneigés, le ciel est bleu, les sapins verts. Bref, la vue est superbe. Un régal pour les yeux. Nous prenons plaisir à voir du vert, des sapins, après tant de temps passé en milieu désertique.

KingsCanyon-145

Nous arrivons à Yosemite NP sous la neige. Nicolas est comme un fou. Il adore. Pour Nico, avoir la neige à Yosemite c’est comme voir la Vierge à Lourdes. Alors, il se prend pour Bernadette et pense pouvoir grimper El Capitan ! ;-). Nous savourons notre chance : les jours suivants, le ciel est bleu et le soleil brille. Nous faisons les 4-5 balades recommandées. Encore une fois, la totalité du parc n’est pas accessible à cause de la neige mais le parc nous offre tout de même un panorama à couper le souffle. Half Dome, El Capitan, Miror Lake … Il me manque des superlatifs pour décrire le parc : époustouflant, granitique, grandiose …

YosemiteJ1-164

Côté animaux, nous aurons la chance de voir des biches, des écureuils et deux sortes d’oiseaux (rouges-georges locaux et geai bleu) … et un ourson ! (enfin, après expertise de notre grand zoologue j'ai nommé Olivier, il s'agirait d'un ours !)

Yosemite

Et bien, cela fait quelque chose de voir un ours. Il était tout seul dans la clairière (on suppose que sa mère n’était pas loin). Titouan reste dans Caracol de peur. Estéban sort pour l’observer mais sa nuit sera agitée de cauchemars. Moi, je m’approche plus près malgré les réprimandes de Nicolas. Et l’ours, lui, ne semble pas se préoccuper de nous. Il mène sa vie, fait des roulades, fouille le sol avec son museau, avance à pas lourds qui font bouger l’opulence de son derrière…

YosemiteJ2-100

Au camping, Nico allume un feu, les enfants font du vélo, nous nous prenons pour des trappeurs en écoutant le toc toc du pivert. Les américains, du moins les Californiens, sont les rois du camping. Alors, oui, il y a les camping caristes avec leurs gros bus « tout équipés comme à la maison »  qui restent à l’intérieur toute la journée pour regarder la TV. Mais constraste, il y a les autres, ceux qui campent dans des tentes sous la neige et boivent leur café au petit matin dehors devant un bon feu de bois.

Notre route est truffée de petites villes historiques retraçant l’histoire de la ruée vers l’or. On sent bien que les américains sont friands des « vieilles » baraques en bois et qu’avec 3 planches de bois, toute la rue devient vite historique. Comme ici, à Angel Camp, où nous faisons notre pause déjeuner.

P1180143

Nous retrouvons la neige sur notre route en traversant d’Ouest en Est la Sierra Nevada par la route 88. D’ailleurs, on se fait surprendre par le froid à Bridgeport, petit village situé à 2500 m d’altitude.

SierraNevadaEst-013

Il fait -10°C dans la nuit et du coup notre bouteille de gaz en butane gèle si bien qu’au petit matin il fait 1°C dans Caracol. Même aux geysers du Tatio à 4200 m d’altitude, au cœur des Andes, on n’a pas eu ça ! Le pompiste dira à Nicolas que ce n’est pas grand chose comparé à il y a 15 jours où la température est descendue à 14 degrés. 14 degrés ? Nico marque un temps d’arrêt. Ahhh mais ouiiiii 14°Fahrenheit ! On regarde notre convertisseur : -25°C. Ben, on est chanceux, alors !

SierraNevadaEst-016

Notre visite de Bodie, ville mythique de la ruée vers l’or, aujourd’hui fantôme, a failli être compromise. La route pour y accéder est fermée. Le ranger nous dit qu’il y a bien une autre route mais que c’est une piste pour 4x4 et qu’on ne passera pas avec notre camping-car. Ca, c’est parce qu’il ne sait pas que Caracol a vaincu haut la main les pistes boliviennes des missions jésuites et celle de Samaïpata à Sucre ! Au final, notre Caracol est heureux de refaire de la piste qui s’avère tout à fait réalisable.

SierraNevadaEst-116

Et c’est couverts de bonnets, écharpes et tout l’attirail que nous faisons la visite de cette ville fantôme, où le vent froid s’engouffre dans les rues désertes en sifflant.

P1180188

On y entend presque le bruit des balles des pistolets des bandits qui se défient en duel.

SierraNevadaEst-095

Cette ville a été construite en 1860 après qu’un certain M. Bodey y ait découvert un filon d’or et elle devint en quelques semaines la deuxième ville de Californie (10.000 hab) où se retrouvaient des chercheurs d’or, des aventuriers, des desperados, des bandits mais aussi des filles de joie … Il y eut 65 saloons à Bodie et de nombreux bordels. Les mines une fois taries, la ville fut abandonnée.

SierraNevadaEst-073

La ville a gardé son esprit de jadis. On croirait presque voir surgir Luky Luke et les Daltons. Rien n’a bougé. On y découvre des instants de vie figée.

SierraNevadaEst-046

Nous passons la nuit à Lone Pine, haut lieu de tournage des grands classiques du Western et située sous le plus haut sommet des USA hors Alaska, le Mont Whitney (4418 m). Nous sommes au pied de la Sierra Nevada et la nuit est une fois de plus glaciale, mais notre bonbonne est de nouveau pleine de propane donc tout va bien ! Ce versant Est de la Sierra Nevada est magnifique mais il est polaire en cette partie de l’année.

SierraNevadaEst-177

Alors direction Death Valley NP pour récupérer de la chaleur.

DeathValleyJ1-032

Nous ne sommes pas déçus ! Nous troquons bonnets et gants contre casquettes et lunettes de soleil, alors que nous sommes à quelques miles à peine de notre bivouac de la veille. A première vue, la Vallée de la Mort ne nous émeut pas plus que ça (certainement parce que ce n’est pas notre première). Nos petits cowboys ne veulent même pas sortir de leurs bannettes pour admirer la vue. Mais finalement, une fois arrivés au camping, nous ferons une  jolie balade dans le Mosaic Canyon.

DeathValleyJ1-051

Au coucher du soleil, les dunes nous offrent aussi une belle perspective sur cette mythique Death Valley.

DeathValleyJ1-081

La particularité de Death Valley, mis à part que c’est le point le plus chaud d’Amérique du Nord (50°C en plein été), c’est qu’elle descend à certains endroits en dessous du niveau de la mer (-86 m au plus bas).

DeathValleyJ2-048

Pourtant, la vie animale est bien présente et la vie se développe au fond d’un canyon, même si l’eau est salée.

DeathValleyJ2-023

Les couleurs des parois sur la Artist Drive nous rappellent celles de Pumamarca en Argentine.

DeathValleyJ2-086

Nous faisons la connaissance de deux cyclistes français en voyage à vélo : Anne-Julie et Germain et passons une excellente soirée ensemble. Pour l’anecdote, ils avaient rencontrés il y a un an, nos amis les TROPETO à Esquel en Argentine. Encore une fois, nous nous rendons compte que le monde est Tout petit.

P1180291

C’est dans le Golden Canyon que les cloches passent pour nos deux loustics. Vous noterez que planquer du chocolat sous un soleil de plomb dans la vallée de la mort relève de l’exploit si on souhait l’ingurgiter encore craquant … ce qui bien sûr n’arriva pas !

DeathValleyJ2-154

Las Vegas est notre destination suivante.

P1180340

Entre le dilemme du scandale écologique et du « c’est quand même à voir » général, nous n’hésitons qu’un peu (c’est mal !). Pour l’occasion, nous avons réservé deux nuits dans un des casinos de Vegas : le Circus Circus (le casino des enfants).

P1180424

La chambre est immense, les lits moelleux à souhait et la hauteur sous plafond excède 50 cm ;-). C’est Byzance ! Les enfants découvrent les casinos et leurs machines à sous. Le dollar joué ne nous permettra malheureusement pas de rentrer autrement que fauchés ;-).

P1180357

Nous déambulons dans Las Végas, de Casinos en Casinos, tous plus grandioses les uns que les autres, de spectacles en spectacles, les jambes endolories par tant de marche, d’agitation et fatigués par cette ambiance trépidante. Végas sous toutes ses formes nous éblouit et nous donne le tournis !

LasVegas-043

Mais c’est surtout de nuit que la ville prend toute sa dimension avec néons et paillettes scintillants et les corps se dévoilant ;-).

P1180446

A Végas, la voiture la plus commune est sans conteste la limousine.

Voitures2

Mais Végas, c’est aussi pour nous particulièrement la ville où tout peut arriver puisque nos amis Les Pailles devaient nous y retrouver pour de ultimes retrouvailles. Leur concert annulé au dernier moment a failli compromettre ce dernier rendez-vous. Mais au final, le cœur généreux, ils feront 7 heures de route rien que pour le plaisir de nous revoir ! Dans ce voyage, nous aurons vraiment fait de belles rencontres. Celle-ci sera sans conteste une des plus belles.

DSC05473

Alors, pour fêter ça, nous nous mettrons la tête à l’envers … dans les manèges de notre casino : Grand Huit, chenille, avions volants, toboggan aquatique : il y en aura pour tous les goûts et toutes les sensations !

C’est à Végas aussi que nous débusquerons les très célèbres Exploracy. Alain et Claude, célèbres dans le monde des voyageurs motorisés (pour leur beau site et leurs bivouacs), nous rejoignent et c’est à trois camping-car que nous quittons la ville des lumières pour le Lake Mead à quelques kilomètres de là (créé par le barrage de l’Hoover Dan pour apporter de l’eau et de l’électricité à Las Vegas).

P1180498

Belles couleurs et panoramas. Les Pailles nous quittent et leur départ nous est forcément émouvant. Nous avons compté. Nous avons passé 25 jours ensemble exactement.

Nous passons un jour de plus au bord du lac en compagnie d’Alain et Claude. Pendant que Nicolas installe avec la grande aide d’Alain (un Castorama à lui tout seul, cet Alain !) le tuyau pour « dumper » proprement nos eaux sales, Claude initie nos garnements au maniement des perles (crocodile, papillon et libellule) et leur maman au patchwork. De vrais papi et mamie, ces Exploracy ! Cerise sur le gâteau, Alain propose même à Titouan un tour de moto.

P1180509

Le lendemain au bord de la route, on surprend Anne-Julie et Germain à faire du stop (trop dur de pédaler le vent de face au bord de l’autoroute!). Alors, on les charge dans nos roulottes et s’en suit une bonne soirée tous ensemble au bord d’un noman’s land au tout début de la route 66. Mais ça, c’est une autre histoire …

P1180536

CinéCaracol

Le tout en images avec le CinéCaracol.

Itinéraire

Voilà en gros l'itinéraire que nous avons suivi depuis la frontière.

 

Le trajet

 

googlemapsExemple

Voyage terminé,

Cliquez sur la carte

pour voir le trajet.


 

Les pas du Consul

Cliquez sur l'image pour voir le carnet de voyage du Consul

RockyMountains

Rocky Mountain, Colorado, USA

 


Powered by Joomla!. Design by: free joomla theme technology  Valid XHTML and CSS.