Cétacé disait la baleine, je me Cachalot !

Du 23 février au 24 mars 2012

 P1160911

Un nouvel article pour vous conter ce mois passé en Basse Californie. « La Baja », comme nous l’appelons communément maintenant. Cette région mexicaine où ponchos et sombreros ne sont pas vraiment de la partie, une région moins « authentique » que le Mexique continental mais dans laquelle, nous sentant tellement bien, nous aurons au final passé un mois et demi. Au programme : coquillages et crustacés et plus sérieusement : soleil, plages, poissons, apéros, plongées et baleines. Un mois au rythme des vacances avec nos amis Les Pailles. L’ultime récit du Mexique, ce pays qu’on a adooooooré. Mais avant de conclure, revenons donc un mois en arrière.

Après avoir déposé la famille Belloir à l’aéroport, une journée intendance nous attend. Nous trouvons dans une casse une calendre, qui après quelques modifications, pourrait aller comme un gant à Caracol. Seul bémol à sa garde-robe habituelle, elle arbore le sigle CHEVROLET ! Caracol va se fondre dans la masse des voitures américaines. Il nous tarde de voir la tête des Américains qui vont se demander quel est ce modèle de camion Chevrolet qu’ils ne connaissent pas ? (A ce jour, on en dénombre déjà deux personnes qui ont osé nous poser la question).

P1160839

Nous élisons la Baya de Los Suenos comme camp pour nous reposer : jolie baie de pêcheurs sur fond de cactus.

P1160830

Estéban et Titouan profitent de son grand parking pour pédaler à gogo. Nico et moi dévorons nos bouquins. Tous les quatre, nous allons essayer nos combinaisons de plongée toutes neuves dans les eaux cristallines de la baie.

P1160786

Encore une fois, une multitude de poissons multicolores nagent sous nos yeux émerveillés. Nous reconnaissons (grâce à notre livre et non parce que nos sommes savants !) des aiguillettes, baudroies, poissons-archer maure, poissons-porc-épic, balistes, poissons-coffre …

Le soir venu, rien ne nous fascine plus que de voir les pélicans pêcher, leurs longs becs piquant droit dans l’eau.

Quelques kilomètres plus loin, à Los Barriles, nous redécouvrons la réalité des plages peuplées de Nord Américains en camping-car, venant en Baja depuis de nombreuses années pour 3-6 mois par an et installant leurs campements semi sédentaires sur ces plages où ils considèrent être un peu comme chez eux. La Baja n’est décidemment plus mexicaine !

P1160862

D’un œil critique, nous observons donc leurs habitudes, leurs déplacements (toujours motorisés, souvent en quad, même pour 200 mètres …), cette façon souvent superficielle, mais non désagréable, d’aborder les « nouveaux voisins » (nous, en l’occurrence), comme si on se connaissait depuis l’enfance. Bref, un petit air de Wisteria Lane.

Un soir, nous aurons le plaisir d’être invités par Margot et Jim, autour d’un feu de camp de « quartier » avec les guitares et tout le tsoin-tsoin. Le lendemain matin, c’est yoga sur le bord de la plage. Il nous faut nous mettre à parler en anglais. Pourtant, nous freinons des quatre pieds. Surtout moi. (Nicolas jongle depuis longtemps entre l’anglais et l’espagnol). Je n’arrive pas à me résigner à ne plus parler espagnol, cette langue que j’ai apprise pendant le voyage et qui m’a procuré beaucoup de plaisir à écouter et à parler. Les garçons sont aussi désarçonnés que moi quand on leur parle anglais et répondent d’ailleurs en espagnol.

Nous continuons notre lente descente le long de la côte Est vers Cabo Pulmo. Malheureusement, le vent se lève et nous ne pouvons pas profiter des exceptionnels fonds sous-marins de la baie. Mais comme nous avons plus d’une corde à notre arc, ce soir, ce sera donc Repas en Amoureux !

Les quatre jours suivants, nous les passerons sur notre plage fétiche de Los Frailes, avec Les Pailles, que nous retrouvons avec plaisir. Vous vous souvenez ? Nous les avions rencontrés à Cancun.

P1160958

Ils seront nos compagnons de cette partie du voyage. Titouan et Estéban sont contents de retrouver Avril et Benoît. Chouette des copains ! Ils s’entendent tous les quatre très bien (leurs affinités variant en fonction des jeux et activités) et c’est un plaisir de les voir s’amuser comme en témoigne cet autoportraits.

IMG_2798

Au programme, baignade et plongée dans notre « aquarium » préféré, bonnes victuailles, chouettes apéros, jeux … bref, de quoi bien occuper nos journées.

P1160940

Les baleines se font timides cette fois-ci et nous comptons sur le bout des doigts les souffles aperçus. Un matin cependant, nos amis arriveront à capter le bout d’une queue.

IMG_8631

Les Pailles repartent vers le nord, nous vers le sud le long d’une superbe piste qui longe la mer de Cortès.

P1170001

Pano44-LosCabos

Les maisons des riches américains rivalisent de splendeur et d’originalité en bord de falaises.

Une maman baleine et son baleineau jouent au large. Nous passons un bon moment à les regarder sauter. Quel fabuleux spectacle ! Le baleineau cherche surement à étonner sa mère tellement il saute de nombreuses fois. Notre réflex nous ayant lâchement abandonné, vous n’en verrez malheureusement rien. Nous trouvons un bivouac face à la mer, seuls au monde. Les baleines passent au large et nous interrompent dans nos occupations qui ne sont pourtant que peu importantes : lecture, parties de Monopoli & autres jeux de société et bien sûr, jeux de sable qui malgré un époussetage approfondi de nos bêtes blondes, envahit le camping-car et leurs tanières ! Vous avez déjà dormi dans un lit plein de sable ? C’est désagréable, hein ? Ben, nos loulous, eux, ça ne les dérange pas ! Bizarre, non ?

Nous nous arrêtons quelques heures à San Jose del Cabo pour l’intendance et nous fermons les yeux sur les gros complexes hôteliers qui bordent la côte comme à Cancun.

C’est à Cabo San Lucas que nous apprendrons qu’après plusieurs mois de négociation et une réponse pourtant affirmative, nos acheteurs potentiels, refroidis par les démarches administratives, ne nous prendrons finalement pas Caracol. Lassés par l’énergie que nous demande la vente à distance, nous décidons de le ramener en France.

D’une traite, nous nous rendons 400 km plus haut dans la petite baie de Juncalito, un petit paradis.

Pano45-Juncanito

Nous y retrouvons les Pailles à nouveau et c’est reparti pour de bonnes parties de jeux de société, de jeux de sable, de bonnes bouffes dont le traditionnel « gâteau maison » au goûter et d’apéros tout aussi copieux ;-). Nicolas et les garçons trouvent le temps, parmi ce programme pourtant bien chargé, de se mettre à l’eau. De belles journées et bonnes soirées.

Du côté des enfants

Juncalito

Côté panorama

Juncalito1

Une centaine de km plus loin et après deux soirées sans nos amis et donc deux soirées à l’eau ;-), nous nous rejoignons autour de la Bahia Conception. La playa Requeson sera notre QG pendant une semaine. Nos activités ne changent pas. Ils nous initient à tout plein de jeux de société : crapettes rapides,  Perudo, Skull & Roses … et notre intelligence légendaire fera que nous comprenons les règles du premier coup ! ( ;-).

P1170390

Poussée par l’élan, je ressors ma guitare, avec constance, pour travailler un peu « On my way » de Cocoon. Mais serais-je capable de jouer ce morceau un jour ? Le suspens est à son comble ...

P1170298

Pendant que Fabienne initie Estéban aux sciences en même temps que Benoît, Olivier éduque civiquement notre Titouan en même temps qu’Avril : que notre cher Président ne s’en fasse pas ! La devise de la France Liberté, Egalité, Fraternité n’a plus de secret pour eux.

P1170340

Quant à l’école, après une période disons « à vide » et un break de plus d’un mois, Titouan et moi, nous avons décidé de repartir à zéro. Après concertation, d'un commun accord, j’ai baissé mon niveau d’exigence et Titouan, de son côté, a accru sa motivation. Grand bien nous en a pris ! Les évaluations de ce trimestre sont plus que bonnes et l’ambiance est sereine et plutôt détendue.

Nos voisins canadiens nous prêtent leur kayak. A tour de rôle, nous profitons.

P1170289

P1170293

Un soir, un banc de dauphins passe à la pointe.

IMG_9068

Les couchers de soleils sont fabuleux. Vive les vacances en Baja !

Les mouettes raffolent des planches de morey des enfants. Celle de Titouan est bien touchée. Tant pis, ce sera un bon moyen pour épater les filles : il dira que c’est un requin qui l’a attaqué ;-).

Pour nous rendre plus au nord, nous nous séparons à nouveau. Nous nous arrêtons à Santa Rosalia pour deux raisons qui s’avèreront finalement décevantes : Primo, sa soit-disant réputée boulangerie française qui n’a que l’établissement de Français : son pain ne contredit malheureusement pas la mauvaise réputation du pain mexicain et la pouf…asse de l’accueil n’en relève pas le niveau. Et Deusio, une célèbre église conçue par Eiffel : une misère ! Sur ce, nous filons vite, plus au nord, à San Ignacio, petit village tranquille situé dans une belle palmeraie.

P1170513

Nous visitons son église jésuite et assistons par hasard à un spectacle de danses mexicaines sur la place du village. Un régal.

P1170446

La Laguna Ojo del Liebre est notre destination suivante et nous y rejoignons nos désormais coutumiers compagnons de voyage. C’est un haut lieu d’observation des baleines grises.

P1170528

P1170554

Nous sommes prêts : les quatre enfants à la proue, Olivier à bâbord avec son beau réflex, Fabienne et moi avec nos petits appareils pour filmer et Nicolas à l’arrière pour prendre de superbes photos avec le gros zoom de son gros réflex … euh, non, ça c’est une blague ! Pas qu’il n’ait pas dans ses attributs de gros machin ;-), mais il est bel et bien cassé notre réflex !

Par chance, Olivier est généreux. Il nous cèdera les copies de ces photos. Encore faut-il qu’il ait fait des photos … parce qu’il débute encore dans le maniement des différents zooms, Olivier. C’est pas sa faute. Allez, va, pour ton anniversaire, au lieu d’aller au concert d’Eddie Veder, on va t’offrir un stage « Comment changer d’objectif d’appareil photo en moins de 3 minutes » : ne soyons pas trop ambitieux pour commencer ! ;-)

Tout ça pour ça. Au final, nous n’aurons pas de chance, le temps est gris au matin lorsque nous embarquons et le vent patagonien. Les vagues nous empêchent de bien voir les baleines. Un tantinet farouches, elles ne s’approchent que rarement de notre barque et nous donnent presque même l’impression de la fuir. Leurs sauts sont furtifs et elles ne sortent que trop peu la tête : « Cétacé disait la baleine, je me Cachalot ! ».

P1170587

IMG_9106

Ceci dit, la lagune est impressionnante de par la densité de baleines qui s’y trouvent. Sans mentir, nous avons pu observer plus d’une 30aine de couples maman-bébé durant les deux heures de navigation. Nous revenons tous les huit un peu frustrés mais contents de pouvoir encore passer un peu de temps ensemble puisque le lendemain, nos amis nous quittent pour passer la frontière des USA.

Les sessions de Times’up s’enchaînent et nous accordent de bonnes parties de rigolade. Dans une partie notamment, il fut question de Lara Fabian comme chanteuse de la BO de Bodyguard et de Kevin Costner comme acteur du premier rôle de Seven … ;-), mais je dis ça, j’ai rien dit, moi ! Qui d'après vous serait capable d'une telle perspicacité ?

Le lendemain, la mer est aussi calme que l’huile. Deux baleines sont sous nos yeux dans la baie et tournent sur elles-mêmes dans l’eau, leur gros corps reflétant au soleil revenu. C’est encore trop loin pour les voir comme il faut à l’œil nu et pour les capacités de notre petit appareil photo, mais disons que cela nous réconforte un peu de ce rendez-vous manqué.

Les trois jours suivants n’auront rien de folichon : ils seront consacrés à notre rapide remontée de la moitié nord de la Baja. Les paysages de montagne bordées de cactus, de champs de fraises et de choux s’enchainent. Nous serons arrêtés une bonne dizaine de fois par les contrôles anti-narco. Les militaires peu scrupuleux, pour la forme, ouvrent un placard ou deux et donnent deux-trois coups de phalanges sur les parois ...

Nous aurons passé au final un peu plus de 3 mois enchanteurs au Mexique. Ce pays nous a nourri. Au sens propre du terme d’abord : nous avons passé trois mois à nous régaler les papilles (3 sera aussi certainement le chiffre de la surcharge pondérale acquise lors de ces pérégrinations mexicaines !). Mais aussi aux sens figurés : nous nous sommes délectés de sa richesse culturelle (incroyables citées maya, villes coloniales de toutes beautés, superbes et émouvants villages indiens du Chiapas) ; nous nous sommes régalés de sa faune incroyable (poissons, baleines, papillons …) ; il nous a ébloui de toutes ses couleurs, émerveillé de ses paysages variés : cactus, volcan, désert, montagne et mer. Enfin, il nous a doucement acclimaté avec les Américains ;-). Le Mexique sera sans conteste un de nos pays préférés de ce grand voyage.

CinéCaracol

Cette fois-ci, le Cinécaracol a un petit air de colonie de vacances !

Article écrit à quelques kilomètres de la frontière américaine sur un parking d'un WalMart (supermarché), le Caracol et son équipage lavés et récurés extérieur-intérieur (enfin, pour le camion) comme s'ils allaient à leur 1ère communion : eh, oui, faut montrer patte blanche, dans quelques heures nous comptons franchir la frontière des USA !

 

Le trajet

 

googlemapsExemple

Voyage terminé,

Cliquez sur la carte

pour voir le trajet.


 

Les pas du Consul

Cliquez sur l'image pour voir le carnet de voyage du Consul

RockyMountains

Rocky Mountain, Colorado, USA

 


Powered by Joomla!. Design by: free joomla theme technology  Valid XHTML and CSS.