Buenos Aires, nosotros adoramos !

Du 5 au 8 février

P1010817

Avant notre départ pour la Patagonie et la Terre de Feu, nous continuons doucement notre vie de citadins à Buenos Aires : alternance tour à tour de demi-journées d’école et de visites de la ville. Nous changeons d’appartement et migrons dans le quartier de Congreso, moins touristique.

On le remarque à quelques détails : les poubelles par exemples. Il n’y a pas de conteneurs à poubelles, là où les quartiers plus touristiques semblent en être dotés. Les habitants les laissent sur le trottoir le soir à même le sol. Le « tri sélectif » est réalisé par des gens qui gagnent leur croute en les fouillant et en récupérant cartons et autres choses pouvant se monnayer. Bref, un Buenos Aires moins reluisant mais plus réel.

Le week-end, la ville se vide de ses habitants qui s’en vont prendre le frais dans les villes alentours. Ni une, ni deux, nous décidons d’aller nous même tenter l’expérience. Nous partons le dimanche matin en direction de Tigre, petite ville située dans le delta du Paraná, à une heure de train de Buenos Aires.

DSC_7637

Direction donc Retiro, une des gares de Buenos Aires. Nous suivons le conseil du Lonely qui nous invite à ne pas prendre le train direct mais à aller chercher le « tren de la Costa », dans une autre gare de Buenos Aires, ce qui a pour conséquence de doubler le temps de trajet et multiplier par 10 le prix du billet… On ne s’en rend compte qu’au moment d’acheter les billets retour, direct cette fois.  C’est décidé, le lonely on oublie, sans compter que ce train n’apporte pas grand chose au trajet sinon une ou deux vues sur le fleuve. Un truc marrant concernant les transports à Buenos Aires. C’est l’inverse de chez nous. Ce sont les bus qui coutent le plus cher, puis le métro et enfin le train de banlieue.

P1010678

Tigre est une toute petite ville au milieu des canaux que forme le delta. Il y fait meilleur qu’à Buenos Aires. Elle a tout pour plaire… sauf le dimanche. TOUT Buenos Aires s’y rend pour faire une excursion sur un bateau ou bien pour se faire déposer sur une des propriétés situées sur un des canaux et qui offre l’accès à un jardin, une terrasse ou un resto moyennant finances. Bref, ça grouille. Nous faisons un tour de « traine-couillons » histoire de voir les canaux… et nous ne le regrettons vraiment pas. Tout le long des canaux, on trouve des cabañas, sorte de maisons rudimentaires, plus ou moins montées sur pilotis.

P1010720

Certaines sont plus luxueuses, mais le tout reste très populaire.

P1010712

Chaque maison a son accès au canal via un petit ponton, souvent avec un bateau accroché là. De tous cotés, les gens se baignent, font un assado (version argentine de notre barbecue), jouent dans l’herbe, bref ça sent bon l’été et les vacances. Reposant. Nous ne pourrons pas descendre et nous balader sur les chemins existants entre ces canaux parce que la marée est trop haute : la moitié des jardins ont les pieds dans l’eau. Ce sera pour une prochaine fois.

L’autre intérêt de Tigre, c’est son marché artisanal, dans lequel sont exposés de nombreuses choses, allant des meubles aux fleurs séchées. Là encore, les porteños (habitants de BA) font leurs courses dans un foule serrée avançant tant bien que mal. Nous revenons dans un train puis un métro bondés. Les enfants qui se sont éclatés sur le bateau, ont adoré la balade. Estéban s’endort même sur mes genoux en moins d’une minute. A noter, dans les transports publics argentins, les gens se lèvent systématiquement pour laisser leur place à ceux qui portent des enfants, aux personnes âgées, aux dames parfois.  C’est d’autant plus sympa que la conduite des bus, comme celle des taxis ou autres automobilistes est assez … déroutante. Je sens qu’on va se marrer avec le camping-car… Titouan a faillit passer sous une voiture en traversant un passage piéton sans faire attention. Un vieux monsieur sur le trottoir d’en face lui a expliqué qu’il fallait lever la main pour faire signe qu’on allait traverser, sinon, les voitures ne s’arrêtent pas même quand c’est aux piétons de passer.

Les petits marchent comme des chefs lors de nos diverses déambulations dans la ville (enfin, Estéban marche surtout sur mes épaules !). Lorsqu’un coup de fatigue se fait sentir, nous trouvons un parc de jeux ou bien un marchant de glace (les deux étant très nombreux) et ça repart !

P1010772

Le lendemain, nous faisons une reposante visite du jardin japonais (pour reprendre les propos de Gwen, sans être chauvin, il ne vaut pas celui de Toulouse…).

P1010749

Puis nous déambulons dans le cimetière de la Recoleta, autre havre de paix.

P1010780

Y sont enterrées les grandes (et riches) familles de Buenos Aires, dans des caveaux souvent superbes. On croise là un ancien président, là une brochette de généraux et amiraux, là un bourgeois. Nad, quoiqu’un peu glacée par la vue de certains cercueils, dénichera même la tombe d’Evita (Eva Peron) peu indiquée sinon par quelques plaques sur son caveau.

P1010808

Enfin, nous allons voir la fameuse Floralis Generica, gigantesque sculpture florale dont les pétales se ferment la nuit. Estéban râlera de ne pouvoir aller au cœur, « dans ses ailes ».

P1010829

Côté gastronomie, empanadas (chaussons fourrés à la viande, fromages et jambon …), glaces, pizzas (y’a beaucoup d’italiens qui ont immigré à BA) et grillades de bœuf raviront nos papilles. Les produits laitiers sont hors de prix et les légumes aussi (quoiqu’on arrive à trouver quelques « chino » où les prix sont plus bas).

Nous voulions vous remercier amis lecteurs pour tous les commentaires et mails que nous recevons. Nous n’avons parfois pas le temps de répondre, mais le cœur y est ! Merci encore pour vos encouragements, ils nous portent.

Les prochaines nouvelles seront du grand sud ... et pour le CinéCaracol, c'est dessous.

CinéCaracol

Le trajet

 

googlemapsExemple

Voyage terminé,

Cliquez sur la carte

pour voir le trajet.


 

Les pas du Consul

Cliquez sur l'image pour voir le carnet de voyage du Consul

RockyMountains

Rocky Mountain, Colorado, USA

 


Powered by Joomla!. Design by: free joomla theme technology  Valid XHTML and CSS.