Sensationnelles Galapagos

Du 23 au 27 octobre 2011

P1110702

Les Galapagos : ces îles au large de l'Equateur sonnent comme un mythe. La faune y est parait-il à domicile, à tel point que les animaux se laissent approcher sans aucune peur de l'homme. Nous troquons donc notre roulotte pour un radeau, histoire d'aller vérifier si cette réputation est justifiée.

Après une petite heure d’avion, nous voici sur l’isla Santa Cruz. Arrivés à l’embarcadère qui permet de relier l’aéroport à l’île de Santa Cruz, alors que nous attendons le bus qui nous mènera au bateau, des pêcheurs reviennent les bateaux chargés d’énormes thons.

P1110295

Nous nous approchons, impressionnés par leurs tailles. Sous leur barque, une forme s’approche furtivement. C’est ni plus ni moins qu’un requin, attiré par le fruit de la pêche. Cela commence bien.

P1110318

Notre bateau l’Amigo est un vieux bateau qui a une âme. Certes, ce n’est pas le dernier cri des bateaux, mais il est propre et correct. Nous sommes quatorze à bord dont six Belloir. Belle équation.

P1110762

L’affectation des cabines est un moment tendu. Le guide nous affecte les meilleures. Pour Nico, Estéban et moi : une matrimoniale sur le pont inférieur. Pour Stéphanie, Guy et Titouan les deux seules  cabines doubles sur le pont supérieur. Ne restent plus pour les autres que les cabines en fond de cale, alors que nous avons certainement payé le séjour le moins cher du bateau ;-). Nous remercions grandement la vieille expérience de papi Guy qui s’était fait promettre ces cabines auprès de l’agence et l’avait surtout fait marqué sur le ticket !

Nous faisons  notre première excursion au centre de recherche Darwin qui accueille les biologistes du monde entier pour venir étudier la faune des Galapagos.

DSC_6864

Nous y verrons essentiellement ces immenses tortues terrestres (qui portent le nom de tortues géantes des Galapagos) dont Georges, la dernière tortue de son espèce et des iguanes.

DSC_6831

La lente progression des tortues nous fait bien rire. Pas facile de se mouvoir sous le poids de leurs énormes carapaces. Avec Stéphanie, nous en verrons une faire quelques mètres puis s’écrouler de fatigue tellement l’effort était important.

DSC_6840

Le bateau « roule » (roulis) mais avec ou sans Nautamine personne n’a le mal de mer et nous passons un première nuit correcte. Cette nuit, pendant que nous dormons, le capitaine nous amène à notre prochaine destination : l'isla Floreana.

Au petit matin, nous sommes à l’ancre de Commorant Bay. Sur la plage, les tortues marines sont à deux mètres de nous. Nous passons un long moment à les observer.

P1040426

Les fous à pattes bleues s’amusent dans les airs. Espèce endémique des Galapagos, ces oiseaux ont la particularité d’avoir des pattes d’un bleu turquoise.

DSC_7043

La plage est magnifique, le sable est blanc, la sensation est presque veloutée sous nos pieds.

DSC_6962

DSC_6971

Sur la colline, la forêt est « sèche » : la sève est redescendue laissant les branches grises et cassantes et l’arbre dépourvu de feuilles, attendant le printemps pour refleurir. La pierre est volcanique.

P1110423

DSC_7025

A quelques pas de là, une surprise nous attend. Une tortue a pondu sur la plage tôt ce matin. Ses traces sont encore visibles.

DSC_6972

Une tortue pond en moyenne huit œufs. Mais il faut savoir que peut-être un seul voire aucun ne survivra... La nature est intraitable avec les faibles.

Nous nous amusons également à observer les crabes, hautement colorés.

DSC_6945

Puis, après ce temps d’exploration de la plage, voici le temps de rentrer dans l’eau pour une première expérience en snorkelling pour Titouan et moi.

P1110489

Le spot est parfait : pas de courant, une eau limpide et des récifs pour accueillir tout plein de poissons. Avec Nicolas, nous nous échangeons le temps de garde d’Estéban qui ne sait pas encore nager. Nous lui mettons quand même un masque et un tuba pour lui permettre d’observer la belle vie sous-marine. Titouan se débrouille comme un chef, encadré par son papi. Nous vivons un beau moment du voyage avec lui, qui découvre cette activité comme lorsqu’il découvrait qu’il était capable de faire ses premiers pas tout seul.

DSCF2438

Les poissons sont de toutes les couleurs, les raies sont posées sur le sable. Nous sommes émerveillés. Mais le clou du spectacle (le premier d’une longue série) sera notre rencontre avec les tortues marines. Nous rêvons les yeux ouverts. La tortue est là, à deux mètres. Je suis juste au-dessus d’elle, mimant chacun de ses mouvements. Nous pouvons littéralement dire que nous avons nagé avec les tortues. Rien que de l’écrire, j’en ai la chair de poule.

DSCF2443

Le bateau nous amène ensuite vers un autre spot de snorkelling qui nécessite cette fois de plonger du bateau. Les lions de mer sont dans l’eau, jouant, s’amusant à nous passer d’un côté, de l’autre. Stef virevolte et les imite dans l’eau, allant jusqu’à créer une sacrée complicité.

DSCF2414

De gros bancs de poissons se déplacent nous laissant le loisir de se faire « envelopper » par eux. Sacrée sensation.

Nous revenons au bateau pour le repas de midi. La nourriture est bonne, copieuse et variée. Et ceux qui nous connaissent sauront l’importance de cette donnée pour la réussite de notre séjour ;-).

Après une bonne sieste, nous voici à Post Office Bay. Nous descendons de nouveau à terre à l’aide du zodiaque pour visiter ce lieu qui servait de poste aux navigateurs autrefois.

P1040462

Aujourd’hui, le principe perdure. Les voyageurs déposent leurs cartes-postales et en reprennent en échange pour, en rentrant dans leur pays, les déposer à la porte du destinataire ou plus simplement les poster. Nous en écrivons quelques unes (alors, les chanceux, on compte sur vous pour nous avertir si elles vous reviennent !) et en prenons deux des USA : une de Californie et une de l’Orégon, régions que nous comptons visiter. Affaire à suivre …

Sur la belle plage de post office bay, nous revenons à l’eau. En confiance, nous nous rapprochons encore un peu plus des poissons. Titouan nage quasiment tout seul. Il est complètement sous le charme.

Stéphanie nous surveille les garçons et avec Nicolas nous repartons à la rencontre des tortues. Un beau moment partagé main dans la main. La tortue nous frôle, nous tendons une main et même si c’est interdit, nous caressons doucement sa carapace. Quel bonheur !

C’est également sur cette plage au bout de cette première journée que notre Estéban aura son premier vrai béguin pour « La Rose ». Elsa, c’est son prénom, est une jolie suédoise (et oui ! y’a des clichés qu’on ne peut pas éviter …), fait partie de notre groupe, doit avoir dans les 23-25 ans et porte ce jour-là un tee-shirt rose. C’est l’adoration immédiate, il rougit quand elle lui parle, veut toujours être assis à ses côtés. Bref, s’en est fini de l’amour exclusif qu’il vouait à sa mère !

Puis Miguel, notre guide, nous tire hors de l’eau pour faire une balade dans une grotte sous-marine : soit disant qu’on peut s’enfoncer à l’intérieur jusqu’à atteindre la mer. Nous mettons nos frontales et nous enfonçons un peu.

P1110546

En rentrant au bateau nous dévorons le contenu de nos assiettes. Ca creuse toutes ces émotions ! Puis, aucun de nous ne s’éternise : le sommeil vient rapidement, la tête pleine des belles images de cette journée.

P1110566

Le bateau navigue pendant que  nous dormons et au petit matin, nous sommes au large d’e l'isla Espanola. Après un copieux petit dèj, nous descendons à terre en zodiaque à la Punta Suarez. Nous empruntons un sentier rocailleux qui nous fait passer un milieu des colonies de lions de mer, d’albatros, de fous à pattes bleues, de fous de Nasca, de fous masqués, d’iguanes marins et de mouettes à queues fourchues.

DSC_7443

DSC_7281

Nous sommes d’autant plus chanceux que c’est la période des naissances. Tous les animaux sont avec leurs bébés. Les lions de mer têtent leur mère et font la sieste.

DSC_7192

Les oisillons ont leur duvet. Sur le sentier, nous devons faire attention où nous mettons les pieds tellement la faune est dense : les iguanes marins se confondent avec les pierres et les lions de mer sont étalés de tout leur long.

DSC_7216

P1110601

Estéban, submergé par l'émotion d'un contact aussi proche, me dit de son air attendri : "Ils sont géniaux, hein, maman ? Ils sont géniaux !". Toute la journée, les enfants imagineront toutes sortes de stratagèmes pour ramener un bébé lion de mer à la maison...

Nous continuons ensuite vers les belles falaises d’Espanola qui projettent des embruns.

DSC_7296

DSC_7323

Les oiseaux ne font cas de notre présence, chose à mes yeux la plus exceptionnelle, eux qui s’envolent dans « l’autre monde » (celui où les animaux ne sont pas rois) dés que l’homme est un peu trop près.

Les albatros males font connaissance, avant la prochaine saison des amours, en paradant en une sorte de joute où leurs becs pourraient être des épées.

DSC_7433

Puis, l'un d'eux se dandine sur ses pattes pour rejoindre maladroitement la falaise de laquelle il pourra enfin s’élancer. En vol, rien de semblable au sol, il est majestueux.

DSC_7353

Mes préférées sont les mouettes à queues fourchues avec leurs yeux maquillés. 

DSC_7291

DSC_7365

Les frégates sont de vrais pirates des airs. La forme de leurs ailes les rend facilement reconnaissables.

P1110522

De petits oiseaux, curieux, s’approchent de nous tout près.

DSC_7248

Nous revenons à bord prendre notre repas et faire une petite sieste. Le bateau pendant ce temps nous rapproche de la baie de Gardner. S'il y a un paradis, il est ici.

P1110706

Nous y accostons pour l’après-midi, pourtant nous y serions bien restés toute la vie. Le sable est blanc, l’eau est bleue turquoise et les seuls occupants de la plage sont … des lions de mer.

Nous nous faisons tout petits pour ne pas les déranger. Nous étalons nos serviettes dans un petit recoin de la plage. Je surveille, émerveillée par le panorama, mon petit loulou qui s’amuse à charger du sable dans son tout nouveau tractopelle, pendant que mes deux autres hommes sont à l’eau au milieu des poissons.

P1110748

Stéphanie, Nicolas et Guy s’éloignent ensuite un peu plus loin, prés du rocher et se retrouvent nez à nez avec … deux requins ! Des requins de deux mètres, des requins à pointes blanches, soi-disant inoffensifs pour l’homme tellement la nourriture est abondante dans les eaux des Galapagos, mais bon …  Stéphanie l’aura quand même eu au bout de sa palme ! Ils reviennent tous excités d’une telle rencontre. Tu m’étonnes ! Nous repartons dans l’eau Nico et moi, avec les poissons et les tortues. Mais cette fois, le courant est fort, l’eau trouble.  Pendant ce temps, Estéban s’approche dans l’eau  tout près d’un lion avec tatie.

Puis nous rejoignons l’île suivante : San Cristobal. Et cette nuit, pas de navigation, nous passons une nuit à l’ancre.

DSC_7500

Nous visitons dans la matinée le centre d’interprétation qui nous permettra de mieux comprendre l’histoire des Galapagos et les conséquences du tourisme sur l’île. Puis notre balade nous amène au cerro, d’où l’on jouit d’une jolie vue. En contrebas, il y a une jolie crique.

DSC_7520

Nous nous remettons à l’eau avec masques et tubas. On n’en perd pas une miette. De nouveaux poissons, des tortues et des oursins.

San Cristobal est une des rares îles des Galapagos pourvue d’un village. Dans celui-ci, les habitants sont autant les hommes que les animaux. Exemple : les lions de mer se prélassent sur les bancs, gardent les cahutes des marchands de glace, font leur sieste sur le pont des bateaux …

Après le repas de midi et 30 minutes de navigation, le bateau rejoint l’île de Kicker Rock, immense rocher que l’érosion a scindé en deux.

P1110861

Notre objectif de l’après-midi : traverser la faille pour y voir des requins !

P1110848

C’est mon tour. Nico reste avec les garçons à bord. Comment dire ? Je suis loin d’être rassurée et pourtant j’ai envie de tenter l’expérience. Miguel me donne la main. Une multitude de poissons sont là, devant nous, le long des impressionnantes parois abruptes. Une tortue plane lentement sous nos yeux. L’eau est limpide, nous permettant de voir à 10 mètres. Le fond est noir. Nous avançons tous groupés. Miguel me montre où regarder pour voir les requins. Ils passent furtivement d’un côté de l’autre. Puis sous nous, à 10 mètres, un autre se fait admirer. Ouah !

Le courant est fort, très fort. Tellement fort qu’il m’est impossible d’avancer. Je panique. Ouf, le zodiaque arrive. Et je ne suis pas la seule à remonter darre darre dedans !

Puis, une dernière pour la route : le bateau nous arrête dans la baie de Lobos Island. Nicolas, Titouan et Stéphanie partent pour faire la plongée qui sera peut-être la plus forte du séjour. Le fond de sable à trois mètres et les rochers noirs rendent la visibilité parfaite. De nombreux poissons, des lions de mer viennent jouer avec eux et cerise sur le gâteau, deux iguanes marins dégustent des algues à quelques centimètres de leurs masques.

DSCF2439

En repartant sous le soleil couchant, depuis le pont du bateau, en sirotant l’apéro (bien mérité), nous voyons des raies Manta sauter dans les airs. Sensationnelles Galapagos !

Notre dernier jour nous permettra de terminer ce séjour en apothéose. Départ à 6 heures pour observer les oiseaux sur la minuscule île de Seymour. C’est le festival. Encore une fois, nous devons faire attention où nous mettons les pieds. Vale la pena de se lever si tôt : le male frégate nous montre son goitre et attire, en faisant sa parade, la femelle qui virevolte dans les airs.

P1110918

Les bébés n’ont pas l’air de faire attention à ce qui se passe autour d’eux.

P1110913

Les albatros sont également présents en famille.

DSC_7244

Les femelles couvent leurs œufs. Les petits n’ont pas la grâce de leurs parents avec leurs duvets.

DSC_7229

Les mouettes nocturnes s’élancent de la falaise.

DSC_7292

Les fous à pattes bleues accompagnés de leurs bébés nous laissent tout juste la place de passer sur le chemin.

DSC_7475

Il en est de même avec les iguanes terrestres ou marins, les lions de mer.

DSC_7397

DSC_7218

Et plus loin, une femelle lion de mer vient d'accoucher sur les rochers. Le bébé est là, encore gluant. Les frégates tournoient dans le ciel et une plus intrépide, s'empare du placenta !

Les Galapagos … comment décrire ce que nous avons ressenti durant ces 5 jours de mer ? Les mots nous manquent.

Tout d’abord, c’était notre première expérience de croisière en mer et à l’unanimité nous referons ce genre de voyage avec plaisir. Il faut dire que les conditions idéales étaient réunies : nous étions peu nombreux, la nourriture était bonne et abondante, nous ne faisions pas école (yes !) et nous avons particulièrement apprécié les petits apéros au soleil couchant sur le pont du bateau ;-). De vraies vacances dans les vacances.

Ensuite, nous avons été enchantés de pourvoir autant plonger (3 fois par jour). Ce fut une vraie découverte de ce sport passionnant pour Titouan et moi. Et je crois qu’on a bien mordu ! D’autant plus que les tours sont tellement bien organisés, qu’on a eu l’impression d’être seuls au monde dans chacun des lieux où nous nous sommes rendus.

Enfin et surtout, si on nous demande ce qu’il y a de si exceptionnel aux Galapagos, nous répondrons que ce n’est pas tant la beauté des îles (certainement qu’il y a plus beau ailleurs) mais plutôt la variété de la faune et surtout la proximité incroyable avec les animaux. Le plus remarquable restera le contact avec les oiseaux, eux qui se sauvent vite dés qu’on les approche dans « l’autre monde ». Enfin, la faune sous-marine nous a offert de beaux moments de complicité. Poissons multicolores, tortues, requins, raies, lions de mer, nous avons nagé avec chacun d’eux : décrire une tortue marine broutant tranquillement des algues à dix centimètres de nos mains ou un lion de mer qui vient frotter sa moustache au bout de nos palmes est quasi impossible. Bref, nous n’avons pas besoin de vous dire que nous avons vécu de vrais moments d’émotion. Ce qui est incroyable aux Galapagos, c’est que les animaux n’ont aucune peur de l’humain ; ils se laissent toucher, observer alors qu’ils sont parfaitement sauvages.

Les Galapagos, le paradis au pays des animaux.

CinéCaracol

Le CineCaracol aura cette fois-ci des airs de documentaires animaliers ...

Itinéraire

Voilà en gros l'itinéraire que nous avons suivi ... sans notre Caracol évidemment.

 

Le trajet

 

googlemapsExemple

Voyage terminé,

Cliquez sur la carte

pour voir le trajet.


 

Les pas du Consul

Cliquez sur l'image pour voir le carnet de voyage du Consul

RockyMountains

Rocky Mountain, Colorado, USA

 


Powered by Joomla!. Design by: free joomla theme technology  Valid XHTML and CSS.